Médecine Traditionnelle Chinoise

La médecine chinoise plonge ses racines dans la plus haute antiquité chinoise (3 000 ans av J.C).


En toile de fond, les théories du Yin Yang, des 5 mouvements et des 6 énergies qui permettent de comprendre le monde et son évolution. Longtemps transmise par la tradition orale, elle s’appuie sur de nombreux classiques. Sa particularité est de considérer l’homme comme un élément du cosmos, placé entre Ciel et Terre. Du ciel, il tire l’énergie de l’air (respiration) pour entretenir ses propres échanges. De la Terre, il puise ses substances (alimentation) nécessaires à l’entretien de sa structure. De sa lignée parentale, il détient une énergie vitale, un « capital santé ». L’ensemble de ces énergies est appelé QI. Pour « bien vivre », entretenir sa santé, l’homme doit préserver son énergie vitale en apprenant à vivre en harmonie avec la Nature et ses cycles, en respectant ses rythmes biologiques.

Le praticien en Médecine chinoise traditionnelle va élaborer un bilan énergétique et se préoccuper du « terrain », c’est à dire, au delà du symptôme et l’objet de la consultation, comment aider le patient à améliorer son terrain et renforcer ses défenses.

Les caractéristiques de cette activité


La MTC dispose d'un grand nombre de moyens de traitement :

  • La pharmacopée chinoise, aussi appelée phytothérapie chinoise, est particulièrement indiquée pour les maladies de médecine interne ainsi que pour les maladies chroniques et difficiles à traiter,
  • L’acupuncture, son objectif est de prévenir et de traiter des maladies par la stimulation de certains points situés le long de méridiens sur le corps grâce à des aiguilles très fines.
  • Le Tuina An Mo est un massage énergétique médical chinois,
  • Le Xiao Er An Mo est un massage pour les enfants,
  • Les Ventouses et le Guasha, sont des méthodes externes pour chasser les facteurs pathogènes à l’extérieur de la superficie,
  • La Moxibustion est un ensemble de méthodes de réchauffement de certaines parties du corps ou méridiens, en utilisant l’armoise séchée,
  • Le Qi Gong est un ensemble de pratiques énergétiques et d’exercices physiques qui harmonise le corps et l’esprit, qui entretient la force et la souplesse du corps, des articulations et favorise la concentration.
  • Le Yang Sheng Fa est une somme de conseils en diététique et en hygiène de vie pour « nourrir et entretenir le Principe Vital ».

PHARMACOPEE

La pharmacopée (ou phytothérapie) chinoise est une spécialité en soi, constituée principalement de plantes, mais aussi, dans certains cas, de produits animaux ou minéraux. Elle compte en tout plus de 5000 substances médicinales, dont environ 400 sont utilisées couramment en médecine chinoise moderne. Les plantes chinoises sont souvent plus puissantes que l’acupuncture pour traiter les maladies. Les formules de plantes sont adaptées au patient. La prescription se réalise après un diagnostic et bilan précis. Des laboratoires situés en Suisse, au Luxembourg et au Portugal, nous permettent de prescrire les plantes directement chez vous ou dans les pharmacies de sa ville. Ces laboratoires garantissent tous des produits d’une qualité optimale et constante. Des normes de contrôle drastiques, conformes aux Bonnes Pratiques de l’OMS et à la législation européenne, sont régulièrement mises en place afin d’assurer aux patients une sécurité optimale.

Il existe des méthodes de traitement interne ou externe.

  • Méthode interne : décoction de plantes, de poudre moulue fine, en pilules ou en comprimés.
  • Méthode externe : souvent utilisée en traumatologie.
    • Formules de compresses médicales chaudes,
    • Formules de macérations alcooliques d’herbes,
    • Utilisation des huiles essentielles avec support d’huiles végétales selon les principes de la médecine chinoise à combiner avec le massage Tuina.

TUINA AN MO

Le massage Tuina : est une branche thérapeutique de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Il se pratique selon un diagnostic précis qui permet d’établir un « principe de traitement » et de choisir les méthodes thérapeutiques. Le massage peut être pratiqué seul ou combiné à la pharmacopée ou à l’acupuncture.

Il s’articule autour de 3 grands axes: AN MO (massage), BAN FA (étirement), et DONG FA (mobilisation). C’est un puissant outil thérapeutique qui traite les affections osseuses, articulaires, ligamentaires et musculaires. Il est à la fois pratiqué dans la sphère traumatologique et dans celle de la médecine interne.

  • En Traumatologie: Douleurs musculaires, articulaires, tendineuses, troubles articulaires (entorse, luxation, arthrose…), troubles musculaires (tendinite, contracture…)
  • En Médecine interne: fatigue chronique, vertiges, céphalées, insomnie, hypertension, troubles digestifs

Il existe 3 grandes familles de massages en médecine traditionnelle chinoise :

  • An Mo Tuina : massage thérapeutique (Sud : Tui Na ; Nord : An Mo),
  • Zheng Gu : massage pour réduire les entorses, les fractures,
  • Xiao Er An Mo : massage pour les enfants.

Les effets généraux du Tuina :

  • Fait circuler le QI et le sang,
  • Désobstrue et régularise les méridiens,
  • Equilibre le yin et le yang du corps,
  • Disperse les stagnations et les facteurs pathogènes,
  • Débloque et rend droit les articulations,
  • Calme les douleurs,
  • Renforce les organes internes et harmonise leurs interrelations,
  • Relâche et détend les muscles et tendons, tissus mous et articulations,
  • Harmonise le corps et l’esprit,
  • Renforce et calme l’esprit.

Contre indications du Tuina : personnes très fatiguées, en cas d’infection de la peau, de fracture, de maladie contagieuse, d’hémorragie, de cancer, de brûlures.

Prudence chez la femme enceinte.

VENTOUSES BA GUA

Ba : aspirer, sucer, extraire, tirer – Guan : contenant, pot, jarre.

Technique populaire ancestrale, la pratique des ventouses a vu le jour dans de nombreuses parties du monde. A l’origine en corne, les ventouses aujourd’hui sont en bambou, en verre ou en silicone. On utilise les ventouses en médecine traditionnelle chinoise à des fins diagnostics et/ou thérapeutiques.

L’éventail thérapeutique est large :

  • Elles sont généralement utilisées pour dégager la superficie et chasser les facteurs pathogènes tels que le vent, froid, humidité et chaleur à travers les pores de la peau.
  • Elles stimulent et régulent la circulation du QI et du sang,
  • Elles débloquent les fascias, calment la douleur,
  • Elles peuvent détendre les muscles, dégager les stases de sang,
  • Enfin, elles peuvent détendre et apporter de la chaleur.

Applications courantes :

  • Rhume, grippe, toux,
  • Bronchite chronique,
  • Asthme,
  • Douleur et tension musculaire,
  • Syndrome d’obstruction (BI),
  • Douleurs lombaires,
  • Epaule gelée (capsule rétractile),
  • Tennis Elbow,
  • Faiblesse digestive,
  • Dysménorrhée,
  • Adhérences cicatrices (+2 mois).

Contre indications :
Brulures, plaies, blessure ouverte, varices, ulcérations, affections dermatologiques, grossesse, patients hémophiles sous traitements anticoagulants.

Les enfants :

  • Pas de ventouses avant 4 ans,
  • 4 à 7 ans les temps de pose sont courts et les succions de faible intensité,
  • 7 à 14 ans, temps de pose inférieur à 10 minutes.

Avertissement :
L’utilisation des ventouses laisse souvent des marques circulaires assez typiques qui peuvent rester jusqu’à 8-10 jours en fonction de l’intensité de la succion. Les marques disparaissent. Ces marques ne sont pas des ecchymoses (bleus), la couleur et la texture correspondent à des niveaux de stagnation différents. .
Il s’agit d’un processus thérapeutique normal !

UNE MÉTHODE PRISÉE PAR LES SPORTIFS
Les sportifs ont souvent recours à cette méthode thérapeutique pour se préparer à la performance ou pour accélérer la récupération après l’effort.
C’est une technique qui permet une récupération rapide. Ces ventouses permettent de traiter rapidement les contractures, qui nécessiteraient davantage de temps manuellement.
Son action antalgique musculo-ligamentaire se révèle également très efficace en cas d’entorses ou de tendinites.

GUASHA

Outil thérapeutique très ancien, le Guasha est un traitement externe qui consiste à exercer une pression sur le corps en raclant la peau avec un ustensile à bout rond en corne ou en jade. Le corps est préalablement enduit d’une huile de massage spécifique afin de faciliter le raclage, le long des points méridionaux. Le mouvement de raclage laisse des traces rouges sur la peau mais celles-ci s’estompent assez rapidement.

Indications :
Douleurs musculaires, céphalées, hypertension, symptômes de la fièvre. Les effets sont rapides.

Contre indications :
Vide de Qi, brûlures, allergies cutanées, ulcérations, plaies, traumatismes récents, personnes trop maigres.

MOXIBUSTION

La moxibustion est une méthode de soin utilisée en Médecine Traditionnelle chinoise.

Le mot moxibustion vient du japonais « mogusa » qui signifie « herbe à brûler ». Les moxas sont fabriqués à partir de feuilles d’Artemisa vulgaris séchée (armoise) séchée et réduite en poudre.

La moxibustion est reconnue aujourd’hui pour sa grande efficacité clinique et sa rapidité d’action dans le traitement de nombreux cas. Elle permet de prévenir ou de traiter des douleurs rhumatismales, articulaires et musculaires (chroniques ou aigues), certains troubles digestifs ou gynécologiques. On peut également l’utiliser dans des atteintes aigues comme chroniques : fatigue ou maladies chroniques afin de renforcer l’énergie vitale des personnes.

L’objectif de ce traitement :
Supplémenter le système énergétique de la personne, faire circuler en cas de stase, de blocage.

Les différentes techniques :
Cette thérapie vise à réchauffer, à l’aide de moxas, un point d’acupuncture et à faire pénétrer la chaleur à travers la peau. C’est la chaleur dégagée par leur combustion qui stimule les points d’acupuncture ou la circulation des méridiens.

  1. La technique de réchauffement à distance avec l’utilisation d’un bâton d’armoise ou d’une boîte de moxa ou en posant le moxa sur l’aiguille d’acupuncture : « aiguille chaude » (très efficace pour toutes pathologies articulaires / vent-froid-humidité).
  2. La technique japonaise OKYU élaborée par Maitre Fukuya et reprise par son fils Fukujima Sensei.
    • La moxibustion indirecte. L’effet recherché est la dispersion. On pose les cônes d’armoise directement sur la peau (Chinetsukyu) ou avec un isolant comme l’ail, le gingembre, le sel.
    • La moxibustion directe (Tonetsukyu). L’effet recherché est la supplémentation. Pour cette technique on applique le moxa directement sur la peau sous forme de grain de riz.
  3. La technique de Bambou chaud ONTAKE est une technique japonaise, développée par Oran Kivity, qui utilise un court bambou avec à l’intérieur de l’armoise chauffée. On utilise la fréquence de battement de l’énergie tout en exerçant des mouvements sur la peau.

Les effets thérapeutiques :
Les moxas ont des propriétés chauffantes et asséchantes. Les réactions physiologiques à la chaleur des moxas entrainent en outre une augmentation de l’immunité générale de l’organisme.

  • Stimule le point
  • Réchauffe
  • Améliore la circulation
  • Stoppe les douleurs
  • Améliore la digestion
  • Améliore le système immunitaire
  • Diminue les douleurs articulaires
  • Diminue les menstruations douloureuses
  • Aide à la régénération des tissus
  • Accélère le processus de guérison

Meridian Test (M-Test)

Crée et développé par le Dr Mukaino Yoshito, directeur du département Sport et Santé à l’université de Fukuoka au Japon, le M-TEST, aussi appelé "accupuncture par le mouvement", a été développé à partir d’un besoin de protocole d’acupuncture standardisé et reproductible, qui pourrait être compris et accepté par ses collègues médecins. Dès 1992, le Dr Mukaino a jeté les bases du M-TEST en observant les athlètes du Département des Sciences du Sport à l’Université de Fukuoka. En analysant les gestes spécifiques des athlètes de plusieurs disciplines sportives et en faisant le rapprochement avec les blessures ou douleurs dont ils souffraient, il a pu mettre en évidence le lien entre la compréhension traditionnelle des méridiens d’acupuncture et leur implication, directe ou indirecte, dans les mouvements. On envisage donc un diagnostic différentiel sous l’angle de la biomécanique. Toute réaction anormale au mouvement (douleur, tension, inconfort, fatigue) indique un déséquilibre des chaines musculaires et des méridiens qui s’y rattachent. La méthode a pour objectif, grâce à une série de 30 mouvements précis, de déterminer le ou les canaux responsables de cette réaction. Lorsque les méridiens impliqués dans la plainte principale sont identifiés, la sélection des points à traiter se fonde sur les enseignements du Nan Jing et du Nei Jing, fondements de la Médecine Chinoise. C’est un outil fantastique, simple et qui permet d’obtenir des résultats rapides. Pour l’acupuncteur, le M-test offre un autre outil d’évaluation puissante pour le traitement de la douleur et des blessures. Aujourd’hui, le M-TEST est utilisé par les athlètes, en toute autonomie, pour potentialiser leurs performances sportives. Il fait aussi partie du programme d’études pour les étudiants en première année de médecine de l’Hôpital Universitaire de Fukuoka.